Voyage en Andalousie

C’est une province de l’Espagne dont les villes magnifiques gardent encore l’empreinte de leur histoire avec leur architecture et leurs jardins et donnent envie d’aller y vivre.

De Grenade à Séville en passant par Jaen ou Cordoue, l’Andalousie étale entre ses villes blanches des vallons aux cultures variées.

En quittant Grenade et son inoubliable Alhambra on distingué au loin, les paysages montagneux et enneigés de la Sierra Nevada.

Les vallons de Jaen plantés d’oliviers à perte de vue sont traversés par des routes sans fin et presque désertes.
On entre dans Séville par un réseau autoroutier qui encercle la ville et ne laisse entrevoir d’elle qu’une grande cité moderne. Il faut pénétrer plus avant dans le centre, pour y découvrir toutes les richesses architecturales et les jardins magnifiques comme ceux du célèbre Alcazar.

Les siècles d’invasions passées, romaines ou arabes n’auront pas été vaines et ont laissé un incroyable mélange dans l’architecture. Des ruelles blanches et tortueuses ou l’on se perd même à pieds, des entrées de maisons ornées de fer forgé et débouchant sur des patios où trônent en leur milieu une fontaine…et certaines célèbres qui se visitent, comme la « casa de Pilates » à ne pas manquer.

Et, partout des églises, une deux, trois … inombrables et plus belles les unes que les autres. Bien entendu il ne faut repartir sans visiter la cathédrale et sa non moins renommée tour « la Giralda », ancien minaret transformé en clocher gigantesque du haut duquel on domine la ville et notamment les arènes colorées qui se dressent au bord du fleuve majestueux qu’est le Guadalquivir.

On ne peut en repartir sans emporter au moins un souvenir comme un éventail, car toutes les boutiques sont là pour rappeler que le flamenco est né à Séville dans son quartier populaire de Triana. On peut se procurer sans problème, une robe flamboyante et volantée typique, un châle soyeux et frangé ou encore des chaussures ferrées à petits talons et bouts arrondis ou une paire de castagnettes… Dans les pubs,le soir, les spectacles de flamenco sont courant, et prisés.

Au nord de Séville en remontant et en s’approchant du Portugal, le paysage redevient sauvage. Ce sont alors des collines envahies par les eucalyptus et plus loin dans les plaines vallonnées de Zufre, région qui produit un très bon jambon sec, des chêneraies partout et à longueur de route, juste closes par des grillages, et où les cochons noirs sont laissés en liberté et se nourissent des glands.

Partout des arbres fleuris, magnolias, bougainvillées et pour ombrager les rues, des orangers.

Plus proche du centre de l’Espagne, et au nord de l’Andalousie, il y a Cordoue, avec sa cité antique aux ruelles étroites et blanches cerclée par les murs d’enceintes immenses et abritant la célèbre et magnifique mosquée.
Mais sous la chaleur accablante en plein été, l’Andalousie qui parait déserte dans la journée, s’éveille le soir. Les rues s’animent, les bars à tapas sont bondés, et de petits orchestres ou artistes animent les places et paséos remplis de monde. Les parents, les amis se retrouvent autour d’une assiette ou simplement d’une bière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *